Liban, berceau de la vigne ?

Posté le 18 octobre 2022 par Thierry

Une fois n’est pas coutume, quittons les vignobles de l’hexagone et rendons-nous au Proche-Orient où les pieds de vigne sont apparues il y a plus de 6000 ans avant J.-C., et plus précisément au Liban. D’autres traces aussi anciennes ont été découvertes en Géorgie mais ce dernier n’a pas connu les mêmes essor et succès qu’au Liban.

C’est au milieu du 19ème siècle que des missionnaires jésuites venus d’Algérie française apportèrent vignes et techniques viticoles ‘modernes’. Il faut attendre la chute de l’empire Ottoman en 1917 et la mise du pays sous protectorat français pour que la viticulture au Liban se développe sérieusement.

C’est principalement dans la vallée de Békaa que se trouvent les exploitations viticoles… un climat continental sec (hivers froids et étés caniculaires), une altitude oscillant entre 900 et 1800 mètres, un sol très propice et complexe pour la vigne et une nappe phréatique alimentée par la fonte des neiges du Mont Liban.

Les cépages principaux sont Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc, Carignan, Grenache, Syrah, Merlot et Cinsault pour les rouges et Chardonnay, Sauvignon, Viognier, Merwah et Obeideh pour les blancs, ces deux derniers étant autochtones et fort intéressants.

Fondé en 1857 par les jésuites, c’est le plus ancien domaine et le plus important avec ses 441 hectares et ses 2 km de caves creusés dans le calcaire maintenant une température et une hygrométrie constante. Aucun pesticides ni herbicides ne sont utilisés et c’est James Palgé, ancien maître de chai du Château Prieuré-Lichine (Cru Classé à Margaux) qui y officie en tant qu’œnologue.

  • Blanc de Blancs 2020 : 11€55
  • Merwah Blanc 2018 : 12€25
  • Rosé Gris de Gris 2020 : 11€35
  • ‘Réserve du Couvent’ 2019 : 10€90
  • ‘Old Vine Carignan’ 2018 : 14€40

L’histoire de ce domaine de 66 ha démarre en 2007 avec entre autre Gabriel Rivero, ancien directeur technique du Château Sociando-Mallet, Haut-Médoc de haut niveau, et entouré par le consultant Hubert de Bouard, propriétaire du Château Angelus’. Chaque parcelle est vinifiée séparément en petites cuves pour préserver l’authenticité des terroirs. ‘Ixsir’ fait référence à Iksir en arabe, soit Elixir… tout un programme !

  • ‘Altitudes’ blanc 2020 : 17€75
  • ‘Altitudes’ rosé 2021 : 17€75
  • ‘Altitudes’ rouge 2018 : 17€75

Ce vignoble de plus de 300 ha a été en créé 1979 sur des coteaux en terrasse au pied du Mont Barouk, point culminant dans la chaîne du Mont Liban. Un beau terroir très diversifié et non-irrigué donnant de faibles rendements, un équipement très performant, le tout aux mains de l’œnologue français Fabrice Guiberteau… ce domaine s’est très vite retrouvé aux premières loges avec de nombreuses récompenses internationales.

  • Les Coteaux de Kefraya 2018 : 16€40
  • Château Kefraya 2016 : 22€30

Faisant partie des plus emblématiques domaines libanais, l’aventure a démarré en 1930 par le patriarche Gaston Hochar à son retour de Bordeaux. Déjà en 1979, la presse du vin compara Château Musar aux vins de Pomerol et Serge Hochar, fils de Gaston et œnologue sorti de l’université de Bordeaux, fut élu ‘Homme de l’année’ par le magazine Decanter en 1984. Certifié bio depuis déjà 2006, une des particularités du Château Musar est la commercialisation de ses grands vins après plusieurs années d’élevage au domaine.

  • Musar ‘Jeune’ 2019 : 18€20
  • Château Musar 2016 : 50€00

Cette sélection est également à découvrir avec la cuisine traditionnelle libanaise de
l’Auberge du Vieux Cèdre, restaurant libanais d’excellent niveau à Enghien et à Mons !

https://levieuxcedre.be et https://www.facebook.com/levieuxcedre.be

Les commentaires sont désactivés.